LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ – MAI 2021

Des maillots de foot créés à partir de bouteilles en plastique récupérées dans la mer, c’est le pari que s’est lancé la marque française «Phenix Sport » basée à Nice. Un équipementier sportif 100 % écoresponsable, Olivier Guigonis et Paul-Emmanuel Guinard en sont les co-fondateurs.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre concept ?

« Chez Phenix Sport, nous travaillons avec du plastique recyclé qui provient soit de déchets ménagers, soit de bouteilles en plastiques jetées dans la Méditerranée. Ce plastique va ensuite être fondu, il va ainsi devenir filandreux, du fil et donc du tissu avec lequel nous allons faire tous nos équipements sportifs : maillots, shorts, etc. »

Collaborez-vous avec des clubs amateurs ?

« Oui, nous fournissons plus d’une cinquantaine de clubs sportifs (football, basket, rugby…). Nous leur vendons nos équipements selon leurs besoins. Ils vont pouvoir les utiliser pendant une à trois saisons. Au moment du changement de maillot qui peut intervenir par exemple car le logo change, nous les récupérons, les trions et nous les remettons dans un circuit de recyclage que nous sommes en train de mettre en place. Ensuite, nous faisons appel à un partenaire en Rhône- Alpes (l’entreprise MAPEA) pour broyer les produits. Puis, grâce à une formule secrète… nous pouvons récréer du plastique et continuer la création de nos produits, comme par exemple des coupelles d’entraînement. Sur l’année 2021, nous pensons collecter une dizaine de tonnes de textile. »

Selon vous, est-ce qu’il y a dans le monde du sport une prise de conscience écologique sur l’importance du recyclage ?

« Les clubs s’y intéressent et ceux avec qui nous travaillons sont tous très engagés dans l’éco-responsabilité, il y a une véritable prise de conscience qui va aussi de pair avec la mission première de ces associations sportives : l’éducation. Nous pensons aussi que depuis le premier confinement il y a un écosystème autour de l’écologie qui est en train de se mettre en place et c’est positif. »

 

Article complet